Les histoires de l'âme

À MARSEILLE, on sait profiter de la vie: Avec LE SOLEIL ET LES PLAGES, vous n’aurez pas besoin de wifi dans des cafés

En ce qui concerne la vie décontractée dans le Midi, elle est contenue dans le fait qu’à Marseille, il est difficile de trouver du wifi dans des restaurants et cafés. J’espère que c’est le cas, j’ai demandé à plusieurs endroits et on m’a répondu qu’ils sont très contents de ne pas offrir ce service. C’est plus sympa de parler tête à tête avec ses amis que d’aller sur Facebook ou Instagram sans cesse, n’est-ce pas ?

Le premier jour, je suis parti chercher l’endroit où le roi Alexandre I de Yougoslavie et le ministre des Affaires étrangères Louis Barthou ont été assassinés.

Le roi serbe était venu en France afin d’assurer l’alliance militaire contre l’Allemagne nazie. Il a fini par être tué dans les rues de Marseille le 9 octobre 1934 par les Oustachis croates et des membres de l’organisation macédonienne VMRO soutenus par l’Italie, la Hongrie et l’Allemagne.

Je n’ai pas dû trop chercher, j’ai bientôt remarqué un panneau devant moi. Il est placé à l’endroit exact où l’attentat a eu lieu et ce n’est pas difficile de l’apercevoir grâce à sa position, entre la Chambre de commerce Marseille-Provence et le carrousel. C’est là que commence la Canebière, rue principale allant du Vieux-port jusqu’au quartier des Réformés.

En lisant un texte sur les diplomates yougoslave et français morts pour leurs patries, j’ai éprouvé de l’effroi et de la tristesse dans cet endroit où les deux hommes ont perdu la vie dans leur voiture qui venait de débarquer d’un bateau. Cette expérience était d’autant plus émouvante que j’ai souvent accompagné des touristes français à Topola, une petite ville en Serbie où résidait la famille royale et où l’on peut trouver de nombreuses références à l’attentat de Marseille.

Puisque ma famille est originaire d’un village en Choumadie situé à 20 kilomètres de Topola, j’ai pu entendre régulièrement des histoires sur les passages du roi à travers notre région.

Le lendemain, j’ai vu le monument consacré à l’amitié des deux pays (au coin de la Rue de Rome et du Boulevard Paul Peytral). Grâce à l’Office de Tourisme de Marseille, j’ai également visité le Musée d’Histoire de Marseille et le Centre de Documentation, ce qui m’a permis de faire une recherche sur les évènements du 9 octobre 1934 et ses conséquences.

À l’Office de Tourisme, Béatrice, une employée très aimable, m’a accueilli avec une tasse de café et des entrées gratuites pour tous les musées avec la carte City pass, que je recommanderais à tous les touristes. Cette carte vous permet un nombre illimité de déplacements avec les transports en commun, des réductions dans certains magasins et l’entrée gratuite aux musées et d’autres établissements culturels.

La carte est à 22 euros pour 24 heures ou à 29 euros pour 48 heures. Il existe une réduction pour les enfants.

J’ai également reçu un sac, un plan de la ville et encore du matériel sur Marseille. Je travaille régulièrement avec les offices de tourisme français, mais celui-là était exceptionnel. Le mot-clé que j’ai utilisé sur les réseaux sociaux était #choosemarseille.

En vous promenant sur les rues de Marseille, vous allez voir beaucoup de petits magasins offrant des souvenirs ainsi que des magasins qui vendent des savons et de différentes épices. Ça peut être un cadeau plus sympa qu’un aimant.

Les prix des savons sont à partir de 2 euros, il y en a qui ressemblent à ceux que nos grand-mères faisaient autrefois et qui sont même encore en usage dans certains villages. La lavande est populaire aussi, mais elle est moins chère (et plus authentique) à Aix-en-Provence, à 30 kilomètres de Marseille.

Vous allez certainement rester longtemps à Saladin, magasin connu pour ses épices et d’autres trucs intéressants.

Je suis monté jusqu’à la Notre-Dame de la Garde, église célèbre consacrée à la patronne des pêcheurs, qui donne sur la ville. Dans l’église, des bateaux minuscules sont suspendus au plafond.

Le lendemain, j’ai visité la Cité radieuse (« Le Corbusier », selon son architecte) que les habitants ont surnommée La Maison du fada. Ce bâtiment était en construction de 1947 à 1953 et il compte 337 appartements qui font une unité avec un hôtel, une école et une clinique.

Cet immeuble a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Dedans, tout est construit pour des gens de 183cm, 223cm avec les mains levées. Voilà un texte sur ce sujet ICI.

Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) est situé à proximité du port. On dit que ce musée a été construit de pierre, d’eau et de vent. C’est un cube de 15000 mètres carrés couvert de béton renforcé de fibres, créé par des architectes célèbres. Deux niveaux sont prévus pour les expositions.

Marseille a été nommé capitale de sport pour 2017.

Je garde de très beaux souvenirs de Marseille. L’accueil que l’on m’a fait, le champagne que mes amis m’ont offert pour mon anniversaire, les gens décontractés, la légèreté et le charme dans les rues…

J’ai rejoint Genève en train où j’ai ensuite pris un avion pour Belgrade. Le jour de mon anniversaire, grâce à mon ami Florian, j’ai passé un après-midi dans sa ville natale, la petite ville de Cassis ; on est allé à la plage, on a pris du café (toujours pas de wifi dans le café) et un verre de rosé avec ses parents.

Sur le balcon de leur maison donnant sur les montagnes, j’ai failli accepter l’offre de Florian de venir vivre dans sa maison pendant son séjour de six mois à l’Amérique du Sud en payant une moitié de loyer et d’y travailler sur mon français. Vous pouvez voir la vidéo ICI.

En réfléchissant sur ses propos, je fredonnais la chanson Infirmière du groupe Fauve, que j’ignorais avant mon voyage à Marseille, mais qui a laissé une trace sur mon séjour dans le Sud.

Pour lire la première partie de mon article sur Marseille, cliquez ICI.

Texte et photographies: Nenad Blagojević www.leshistoiresdelame.com (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.leshistoiresdelame.com )

Traduit du serbe par Jovana Milovanović

les articles similaires

Est-ce que vous aimez cet article?

Votre e-mail ne sera pas publiée