Les histoires de l'âme

Dans SON BATEAU, le jeune PROF D’HISTOIRE RACONTE les légendes liées à la forteresse sur Danube

Lorsque les touristes admirent la Forteresse de Golubac, Jovan Kocmanovic (28) leur parle des chevaliers orgueilleux et de leurs exploits qui leur ont assuré la gloire sous les murs de la forteresse. Quand ils jettent un regard sur la roche Babakaj au sein du Danube, il leur explique qu’il y avait une princesse malchanceuse qui est décédée sur le sommet de la roche après qu’elle a été forcée de se marier à un pacha turc alors qu’elle aimait un autre qui ne pouvait pas devenir son époux. Près de la grotte dans la gorge, cet historien propose une histoire concernant un dragon méchant qui, selon la légende, a été chassé dans la grotte pour y mourir et ensuite faire sortir de son cadavre des mouches de Golubac, insectes dangereux qui gênaient les villageois il n’y a pas longtemps.

Le Belgradois qui a déménagé à Golubac, la ville natale de ses parents située à 130km de Belgrade, présente toutes ces histoires dans son bateau moteur.

« Le Danube ressemble à la mer, la forteresse rappelle les illustrations des comptes de fées. Le relief de la gorge est étrange, particulier, surréel. Grâce à cette ambiance, sans le savoir, le touriste entre dans un monde fantastique. »

« La Forteresse de Golubac est un grand mystère. On ne sait pas grand-chose sur cet endroit. Il y a très peu de sources historiques. À chaque tour, les recherches archéologiques étaient superficielles. On ignore l’époque où elle a été construite. On n’arrive pas à comprendre pourquoi les Hongrois, les Serbes et les Turcs ont perdu leur vie pour cette fortification » explique notre interlocuteur pour Les Histoires de l’Âme.

En été 2011, il a commencé à proposer des visites en bateau autour de la Forteresse de Golubac. C’est par hasard qu’il a eu cette idée – il était un étudiant démuni.

« Je conduisais un petit bateau que mon oncle, un menuisier, m’avait offert. Les seuls boulots qui me venaient à l’esprit étaient des boulots durs, chez un maçon du quartier ou chez un oncle qui coupe le bois dans la forêt. Pendant que je naviguais lentement, j’ai remarqué deux cars dans le parking et quelques voitures. À l’époque, il y avait plein de touristes, mais aucun guide touristique. J’ai trouvé les quelques livres qui existent sur la forteresse, j’ai bossé toute la nuit et le matin, je suis parti vers la forteresse. Ce jour-là, j’ai fait plusieurs tours » se rappelle-t-il.

La visite la plus populaire est celle qui dure une heure et demie et qui vous amène de Golubac vers la Gorge de Golubac.

« Les touristes polonais sont les plus nombreux grâce à une bataille pour Golubac où Zawisza Czarny, le chevalier le plus célèbre dans leur histoire médiévale, a perdu sa vie. J’ai également rencontré des Allemands, des Belges, des Français, des Italiens, des Espagnols, des Japonais. »

Jovan est né à Belgrade ; après avoir eu son diplôme à la Faculté de philosophie, il a commencé à travailler comme professeur d’histoire à Golubac. Actuellement, il est enseignant à Rabrovo, un village avoisinant, où il est remplaçant pour une collègue en congé maternel.

Pour visiter son site, cliquez ICI.

Texte: Nenad Blagojević www.leshistoiresdelame.com (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.leshistoiresdelame.com )

Photographies: Jovan Kocmanović

Traduit du serbe par Jovana Milovanović

les articles similaires

Est-ce que vous aimez cet article?

Votre e-mail ne sera pas publiée