Les histoires de l'âme

LA FOULE en bord de Loire: On veut tous UN SELFIE SUR L’ÉLÉPHANT de 50 tonnes

Cette attraction mécanique nantaise amène plusieurs centaines de milliers de touristes à l’ouest de la France depuis 2007. Moi aussi j’étais parmi tous ces touristes au printemps 2016, et j’ai découvert cette merveille au Salon du tourisme international à Berlin.

Les Machines de l’île ont été construites sur l’île de Nantes, à quelques kilomètres du centre-ville, sur le site des anciens chantiers navals. Le Grand éléphant et le Carrousel des mondes marins, mécanismes intéressants et mystérieux, sont juste à côté, et cet ensemble forme le projet artistique des auteurs François Delarozière et Pierre Orefice.

On y arrive par le tramway dans dix minutes et le site est bondé de touristes. Un billet pour le Grand éléphant coûte jusqu’à 8.50 euros, pour la Galerie des machines pareillement.

Les Machines sont faites à la main, à partir des matériaux recyclés, mais aussi de l’acier, du cuir, du bois de chêne, de l’acier inoxydable, du cuivre, du verre, du laiton, du zinc.

Les machinistes aident les touristes à mettre en œuvre le mécanisme, les voyageurs applaudissent et rient. Le tout évoque une pièce de théâtre, mais vous n’avez pas l’impression que ça a été mis en scène.

La Chenille arpenteuse que vous pouvez conduire en poussant un bouton, le seul avion qui vole jusqu’au plafond, l’Araignée mécanique qui creuse la terre comme un bulldozer, l’énorme Héron avec ses ailes de 8 mètres qui survole la Galerie comptent parmi les attractions du site.

On y trouve également une Fourmi géante, des plantes carnivores, des animaux de la canopée et d’autres habitants de ce laboratoire créatif.

Après la partie close de la Galerie vient une expérience dans le Carrousel et sur l’Éléphant pour lequel on peut attendre jusqu’à 45 minutes le week-end.

L’embarquement commence ; excités, les enfants avec leurs parents montent et attendent le commencement de l’aventure de 31 minutes.

Le machiniste contrôle les billets et nous informe qu’il est interdit de prendre des photos de l’intérieur de l’Éléphant et conseille les enfants de veiller à leurs parents.

L’Éléphant se déplace à 3 kilomètres à l’heure, sur un plateau bétonné.

Il est composé de deux niveaux, pèse 48,4 tonnes et a 12 mètres. Il est fabriqué du bois et du métal, il barrit et éjecte de l’eau sur laquelle la lumière crée toutes les couleurs de l’arc-en-ciel.

Les enfants qui ne peuvent pas supporter le bruit reçoivent des casques. L’Éléphant est tiré par la queue à l’aide d’une corde spéciale. On nous fait connaître que ce mécanisme était en construction pendant 30 mois et qu’il a coûté 2,5 millions d’euros.

Sur l’Éléphant il y a une partie qui ressemble à la proue sur laquelle les touristes écartent les bras et posent pour des photos comme dans le film « Titanic ». Beaucoup de visiteurs imaginent qu’ils sont Leonardo DiCaprio et Kate Winslet à Nantes.

Après une myriade de selfies, l’eau de la trompe et les salutations aux spectateurs sur terre, notre « Titanic » éléphantin parvient à son but en toute sécurité, et nous revenons à la réalité.

Texte et photographies: Nenad Blagojević www.leshistoiresdelame.com (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.leshistoiresdelame.com )

Traduit du serbe par Igor Ilić

les articles similaires

Est-ce que vous aimez cet article?

Votre e-mail ne sera pas publiée