Les histoires de l'âme

LES CHEVALIERS DE FRANCE ont retrouvé la paix dans ce monastère SERBE et veulent construire un village chevalier

Ces Français n’oublieront jamais le partage du pain à l’occasion de la célébration de la slava, rite orthodoxe consistant à rendre hommage à un saint patron de la famille, en l’occurrence Saint Tryphon le 14 février 2018, dans la famille du jeune professeur de français Oliver Urošević (27) dans le village Roanda, près de Svilajnac. C’était un immense honneur pour eux, et Frédéric Plantegenest, qui a partagé le pain de slava avec le grand-père d’Oliver, en garde toujours une part dans sa vitrine en France.

Trois enthousiastes et amoureux du Moyen Age, de la chevalerie et de l’histoire franco-serbe sont en train de se préparer pour l’édition 2018 du festival Despote Stefan LazarevićJust out, qui se tient aux portes du monastère de Manasija. Ce sont eux qui ont fondé l’association Amitié France-Serbie médiévale le 22 octobre 2017 et qui sont maintenant interlocuteurs des Histoires de l’âme – le président de l’association Louis Fournier, le vice-président Frédéric Plantegenest et la secrétaire Véronique Gianeri.

Une quarantaine de Français sont arrivés à Despotovac l’année dernière avec leurs armures, épées et différents équipements pour présenter la tradition de leur pays, se battre et profiter du temps passé avec les autres participants d’une dizaine de pays. Par ICI pour le reportage sur cet événement.

C’est là que le hasard a fait qu’ils rencontrent Oliver, traducteur bénévole pour le festival. Ils se sont fait de nombreux amis et ont revisité la Serbie deux fois depuis 2017. En mai, ils ont assisté à une pièce pour enfants mise en scène par Đokica Miljković sur l’invitation de Snežana Resavac, directrice de l’école élémentaire Branko Radičević dans le village Sedlare où Oliver travaille.

« Nous avons rencontré le pope Dragan Nikolić, qui nous a raconté son village, son temple et le sinistre subit il y a 4 ans pendant l’inondation. Il nous a montré les dégâts sur son temple, un tout petit temple mais avec tant de charme, il a eu l’amabilité de nous surprendre en nous chantant a cappella un chant liturgique magnifique. »

Ils ont rencontré le président de la municipalité de Despotovac Nikola Nikolić et le directeur du festival Just out Vladimir Blagojević.

« On les a invités à venir chez nous en Normandie pour le festival Cidre et Dragon 2018 et à voir comment un festival mineur en France est devenu superbe en dix ans. Le président du festival s’est mis en relation avec le maire de Merville-Franceville de sorte qu’ils sont maintenant en train de mettre en place des partenariats grâce à notre petite intervention. On veut atteindre les subventions européennes », nous explique Véronique.

Quand je leur ai demandé pourquoi ils avaient tellement aimé la Serbie et le monastère de Manasija, ils m’ont répondu que la question était trop vaste et qu’ils aimaient notre pays à cause de l’histoire commune, de l’accueil chaleureux et amical.

« Ce lien existe depuis Pierre l’Ermite en 1096 à la tête des croisés en route pour Jérusalem, en passant par la bataille du Kosovo en 1389, où le roi Charles VI, croyant à la victoire contre les Turcs, fit célébrer un Te Deum à Notre Dame de Paris en sa présence. Le Prince Eugène de Savoie, autre héros des guerres anti-ottomanes qui introduisit des éléments de la civilisation française, l’aménagement urbain, la création de la première pharmacie de la capitale serbe, les petits pains. La Première Guerre mondiale, où, pour honorer son alliance avec la Serbie attaquée par L’Autriche-Hongrie, le président Poincaré a signé la déclaration de guerre, de 1915 et de 1916. La Journée serbe est instituée dans les écoles françaises en soutien des dizaines de milliers d’orphelins serbes. La protection des résistants de Belgrade par les aviateurs du capitaine Rochefort ; le général Franchet D’Espèrey, seul étranger à être décoré du titre de Voïvode en remerciement de son engagement ; le Prince Régent Alexandre qui offrit en larmes sa Croix de Karađorđe à un aviateur français blessé en lui disant :« Pardonne-moi de te donner si peu, toi qui as tout donné pour ma Serbie ».

« On peut nommer des écrivains (Lamartine, Malet, précepteur de votre Alexandre Obrenović, Victor Hugo), des politiques (Hippolyte Mondain, ministre de vos armées 1862 à 1865, Georges Clemenceau), des artistes (peintres Vladimir Veličković, membre de l’Académie des Beaux-Arts, et Ljuba Popović,violoniste Nemanja Radulović, dessinateur Enki Bilal, cinéastes Aleksandar Petrović et Emir Kusturica) ou ces dizaines de footballeurs qui ont illuminé le championnat de France. J’ai même lu quelque part que les couleurs du drapeau serbe auraient été choisies en référence à celles du drapeau français, mais dans un ordre diffèrent», explique Véronique.

Elle m’a dit qu’en premier l’accueil en Serbie est si chaleureux, mais elle a tout pour attirer des touristes européens.

« C’est à nous de dépasser nos peurs et d’oser s’y aventurer et là, la surprise est énorme, les Serbes nous ressemblent beaucoup. Et bien que l’on voit encore des séquelles de la dernière guerre, elle s’est relevée et nous a apparemment pardonné nos bombardements sur Belgrade, les propos malveillants (BHL) et ces atrocités faites lors de la dernière guerre avec la complicité de personnalités françaises (toujours pas mis en accusation, ce qui nous choque profondément), elle ne nous parle que des moments historiques où la France et elle entretenaient une amitié fraternelle. »

L’association envisage de participer dans la construction d’un village chevalier médiéval sur un terrain dans la municipalité de Despotovac et avec le soutien de cette municipalité. Véronique, Frédéric et Louisont déjà travaillé sur un projet semblable en Normandie et ils sont heureux de pouvoir transmettre leur expérience dans les Balkans.

Les membres de l’association sont en train de recueillir des fonds afin de venir participer au festival qui se tiendra du 24 au 26 août 2018 au monastère de Manasija.

« Il ne nous reste plus qu’à trouver le financement, et pour cela, en plus des sponsors qu’il faut trouver, nous allons faire appel au crowdfunding (financement participatif) en ciblant tout le monde, mais en particulier les Serbes vivant et travaillant en France. Ils sont 250.000. Notre action est vraiment dans le but d’apporter notre bien humble contribution, à changer l’image qu’ont les Français de la Serbie. Quand on a expliqué que l’on allait en Serbie, de nombreux amis, famille et connaissances nous ont alertés sur les dangers et les risques d’y aller. Il y a beaucoup de raisons de venir. De plus c’est l’année commémorative des 600 ans de Manasija, certes, mais aussi celle de la fin de la Première Guerre mondiale, celle  qui a cimenté l’Amitié franco-serbe.»

« Nous avons visité l’école d’Oliver, où la bibliothèque nous a fait mal pour les jeunes élèves, que du Balzac, du Musset, de très bonnes lectures, mais enfin des livres très sérieux qui ne donnent pas forcément envie de lire à des enfants de 11 et 15 ans, surtout dans une langue étrangère. Frédéric et Véronique vont leur faire don avec l’autorisation de la directrice de livres de leur âge, et l’AFSM va demander à ses membres s’ils ont des BD, des posters ou des statuettes représentant des monuments français de leurs régions, afin de décorer la classe de français et donner des supports à Olivier, pour qu’il puisse donner l’envie à ses jeunes élèves de poursuivre l’étude de notre si belle langue.»

« Et enfin un projet qui nous tient particulièrement à cœur, c’est celui concernant la petite église ou temple du pope Dragan. Elle est très abimée, et l’AFSM a décidé que tout l’argent récolté en plus de nos besoins serait reversé au pope Dragan pour l’aider humblement à restaurer son église, mais là c’est encore un secret que l’on ne veut pas lui dévoiler pour ne pas le décevoir si on n’y arrive pas. »

Le siège de l’association se trouve à Champigny-sur-Marne, et les membres du conseil d’administration sont Louis Fournier, président, Frédéric Plantegenest, vice-président, Jean-Claude Berger, trésorier, Véronique Gianeri, secrétaire, et Edwige Ouvrard, représentante des membres. Les membres administratifs sont Franck Rulleau, Josiane Dran, Dany Beger et Hervé Martin.

Pour soutenir leur projet cliquez ici.

Texte: Nenad Blagojević www.leshistoiresdelame.com (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.leshistoiresdelame.com)

Photographies: Amitié France-Serbie médiévale

Traduction du serbe et correction d’épreuves par Igor Ilić

les articles similaires

Est-ce que vous aimez cet article?

Votre e-mail ne sera pas publiée