Les histoires de l'âme

Une pause-café avec L’ATTACHÉE CULTURELLE de l’Institut français: Pour moi, la Serbie était UN COUP DE FOUDRE

Je souhaite vous présenter une dame exceptionnelle, directrice de production des pièces de théâtre et attachée culturelle à l’Institut français de Serbie. J’ai visité cet établissement situé rue Knez Mihailova pour prendre un café avec Mme Anne-Lorraine Vigoureux.

De 2010 à 2013, elle a travaillé à l’Institut français de Canada, pour ensuite passer deux ans chez elle à Paris, où elle travaillait dans son domaine de base – production des pièces de théâtre contemporaines ; en septembre 2015, elle a déménagé en Serbie.

« Je me sens absolument chez moi. J’aime vivre en Serbie, j’aime découvrir ce pays. J’ai même proposé à mes amis français de venir passer leurs vacances ici, louer une petite maison et se reposer. À partir du 2 septembre 2015, chaque matin, je me réveille contente, c’est une sensation inexplicable. »

Comment Anne-Lorraine et Belgrade se sont réunis ? Tout s’est passé avant qu’elle ait été nommée attachée culturelle, pendant sa visite de la capitale serbe quand elle est venue rendre visite à une copine qu’elle avait rencontrée au Canada.

« Je suis venue en avion, on a déjeuné ensemble, elle est partie travailler alors que je suis allée me promener. C’était au mois d’octobre. Je ne sais pas ce qui était le déclencheur, mais en me promenant dans la rue Knez Mihailova, en passant près de l’Institut français et de l’hôtel Moskva, je me suis sentie bienvenue, une expérience que je n’avais eu nulle part ailleurs. J’étais impressionnée par cet hôtel, j’ai surtout adoré le balcon qui offre une très belle vue sur la ville. En allant vers Savamala, un mural magnifique en couleurs vives m’a fascinée. Je me suis dit «c’est la ville où je veux vivre ». Le soir, on est allé dîner au restaurant Radost, où j’ai pris plaisir à goûter la nourriture délicieuse ; voilà comment mon désir de trouver un travail en Serbie est né. » se rappelle-t-elle.

Depuis qu’elle travaille à Belgrade, Mme Vigoureux passe tout son temps à développer et promouvoir les échanges entre les deux pays dans tous les domaines liés à la culture. C’est son travail, entre autres, de représenter la culture française en Serbie par le biais de nombreux programmes et projets, de rapprocher les jeunes Serbes et Français à travers la musique, le film, le théâtre – l’art en général.

Elle a dédié une grande partie de sa vie professionnelle au théâtre. Dans sa riche carrière, on distingue des productions internationales, ainsi que son engagement dans le cadre du festival Passages qui lui a permis de visiter l’Europe de l’Est.

« Quand on travaille dans le domaine de la culture, on n’a pas les horaires typiques. » dit-elle.

Souvent, le soir, elle va voir des expositions, des pièces de théâtre, et d’autres évènements culturels. Elle passe son temps libre à regarder des films, se promener dans les rues de Belgrade ou aller au marché et discuter avec les gens.

« Bien que je ne parle pas encore le serbe, il y a toujours quelqu’un qui arrive à parler un mélange de français et d’anglais avec quelques mots en serbe que je comprends. Je reste même une demi-heure avec les marchands aimables pour parler d’ajvar, de la préparation du poivron, de leur ville ou village… Ils sont chaleureux, accueillants, amicaux sans réserve.»

Je lui ai demandé s’il y a une chose française qui lui manque.

« C’est possible qu’il y ait quelque chose, mais je l’ignore encore (rires). J’ai absolument tout ce qu’il me faut ici. En Serbie, j’ai fait connaissance avec des gens passionnés, dynamiques, créatifs et gentils. Au travail comme dans la rue, je rencontre quotidiennement des gens sincères et extraordinaires. Pour moi, la Serbie était un coup de foudre et je ne pense pas déménager » . Voilà l’Histoire de l’âme de l’extraordinaire Anne-Lorraine Vigoureux.

Texte et photographies: Nenad Blagojević www.leshistoiresdelame.com (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.leshistoiresdelame.com )

Traduit du serbe par Jovana Milovanović

les articles similaires

Est-ce que vous aimez cet article?

Votre e-mail ne sera pas publiée