Les histoires de l'âme

Dans ce village connu pour ses pruniers, DEUX AMIS DISTILLENT une eau-de-vie que les Français adorent

Il n’est presque pas de touriste étranger qui ne me demande lors d’une visite guidée ou après où acheter une eau-de-vie serbe de qualité. Et certes, ce n’est pas évident d’en trouver une. La vente au marché est interdite, dans les magasins elle n’est pas de très bonne qualité, et les villages dans lesquels on peut en acheter directement aux producteurs ne sont pas près de Belgrade.

Alors, comment et où un touriste français venu à Belgrade peut-il acheter une bouteille de rakija serbe ?

À l’occasion d’une Foire aux eaux-de-vie, je me suis arrêté au stand de l’eau-de-vie Vojvoda, où j’ai fait connaissance avec Marko Momirović, jeune technologue et professeur. Ainsi fut créée la Rakija sa dušom (La rakija de l’âme) que nous distillons maintenant à partir de deux sortes de prune – čačanska rodna et čačanska rana.

J’ai beaucoup apprécié le fait que la famille de Marko produit l’eau-de-vie à partir de leurs propres pruniers, dans le village de Svileuva, dans l’ouest de la Serbie. Ils ne les secouent pas, mais attendent que les prunes tombent naturellement pour les ramasser ensuite.

Au printemps de 2016 nous avons embouteillé les premières quantités de l’eau-de-vie de prune, et en 2017 a été créé la Liker sa dušom (La liqueur de l’âme), une liqueur de pomme au miel à la propolis. Les touristes français et francophones l’ont aimée de sorte que maintenant presque chacun d’entre eux en rapporte au moins une bouteille comme souvenir de Serbie à Paris, Bordeaux, Nantes, Marseille, Nancy…

Je me rends chaque été au domaine de Marko, où les saisonniers ramassent les prunes et les préparent à être cuites dans les alambics de 450l.

« C’est mon grand-père qui a établi cette tradition, et mon père l’a poursuivie. Moi, j’ai pris le relai à l’âge de moins de 20 ans, en tant qu’étudiant en deuxième année de la Faculté d’agriculture. », m’a dit Marko.

Il a grandi dans son village, a eu le CAP en métiers de l’agriculture à Šabac, et a toujours été intéressé par la vie à la campagne. L’un des plus grands avantages de la vie à la campagne pour lui est d’être éduqué.

« Aujourd’hui on rencontre rarement à la campagne des personnes qui ont un Bac+4. Mon père en était l’un des rares. Il a appliqué ses savoirs à la campagne, tout comme moi je fais maintenant. »

Svileuva se trouve à près de 80km de Belgrade, à mi-chemin entre Valjevo et Šabac. On dit que c’est le deuxième village le plus grand en Serbie. La famille Momirović y cultive 10 hectares de terrain avec des pruniers, abricotiers et cognassiers. Ils possèdent des ruches avec les abeilles qui pollinisent les arbres fruitiers et produisent du miel pour la liqueur.

« Nous savons bien quels sont les produits utilisés pour nos eaux-de-vie. Seuls les fruits comestibles peuvent être mis dans nos eaux-de-vie et dans la Rakija sa dušom. Nous séparons la pulpe du noyau, que nous mélangeons avec les graines de citrouille et de lin, les pruneaux et le miel. Nous n’avons pas de sous-produits. »

Après le ramassage, tous les fruits sont directement transportés dans la production. L’extracteur sépare le noyau de la matière hachée, qui est ensuite transférée dans les tonneaux pour fermenter. Après le contrôle, la matière est transférée dans de grands alambics pour une première distillation, et puis une seconde. L’eau-de-vie va d’abord rester plusieurs années dans les fûts pour être ensuite placée sur le marché.

« De l’arbre planté il y a plus 10 ans jusqu’au consommateur final, l’agriculture familiale est notre philosophie. On ne peut rien faire en une semaine si on veut que ça soit bien. C’est pourquoi j’aime la vie à la campagne, on est toujours en contact avec ses produits. Ça m’inspire et me motive. », a expliqué Marko pour Les histoires de l’âme.

P.S. Ces magasins belgradois où vous pouvez acheter la Rakija de l’âme :
Cer promet, Kapetan Mišina 30, Belgrade
Makadam, concept store, Kosančićev venac 20, Belgrade

Ou acheter directement chez le producteur (nenadblagojevic@yahoo.com)

Živeli!

Texte et photographies: Nenad Blagojević www.leshistoiresdelame.com (diffusion autorisée à condition de partager le lien vers le site www.leshistoiresdelame.com)

Traduit du serbe par Igor Ilić

les articles similaires

Est-ce que vous aimez cet article?

Votre e-mail ne sera pas publiée